vendredi 6 juillet 2007

Suppositoire mode d'emploi!

Aujourd'hui dossier médical de haute volée : Le suppositoire!
Je suis sûr que mes lecteurs assidus apprécieront cette note à classer dans les annales... (j'ai honte).

Ce sont les égyptiens qui ont experimenté les premiers ce médicament. Aujourd'hui, on utilise principalement l'engin pour soigner nos enfants. Plus rares sont les adultes qui osent le traitement, certains y prenant toutefois un certain plaisir... (il n'y a pas de mal à se faire du bien). Le sujet est donc tabou. D'ailleurs, nos amis anglais sont very shocking quant à cette pratique et trouver un suppo chez eux relève, parait-il, de la mission impossible. En même temps, c'est vrai que ça manque un peu de style le suppo, malgré une forme profilée plutôt amusante.

Modus opérandi:
  1. Un suppositoire médicamenteux doit être administré dans un rectum vide.
  2. Le suppositoire, qui a généralement la forme d'un obus, doit être introduit par l'extrémité plate, partie pointue vers l'extérieur.
  3. Attention à la fonte prématurée du missile qui survient inéluctablement si l'on gamberge trop longtemps quant au sens de l'introduction.
  4. Dénicher le partenaire idéal pour ce qu'il nous faut bien appeler "l'introduction". Seul c'est un peu plus galère et moins convivial. Ce blog étant destiné au grand public, je ne décris pas la méthode dite du "saut de l'ange" qui est réservée aux professionnels (placer le suppo pointe en haut sur une chaise, prendre son élan dans le plus sipmle appareil, retenir sa respiration et c'est parti!)
  5. Procéder par un large mouvement rotatif du pouce avec douceur mais fermeté pour donner l'impulsion salvatrice.
  6. Enfin bien se concentrer pour conserver l'engin au chaud ... un moment qui paraît durer une éternité!
Voilà, voilà l'affaire est dans le sac si j'ose dire.

Un dernier avertissement toutefois malgré les recommandations précédentes (lu sur un site médical très sérieux) :

L"erreur de voie" consiste à administrer le suppositoire par une autre voie naturelle, généralement la bouche (oups!). On estime à 15 % le nombre d'erreur de voie dans le cas du suppositoire. C'est la forme d'administration médicamenteuse qui est la plus affectée par ce type d'erreur (dingue!)
L'erreur de voie est beaucoup plus néfaste aux effets thérapeutiques du suppositoire que l'erreur de sens d'introduction ( on s'en doute un peu...).

Je m'excuse platement pour ce post qui, j'espère, ne fera pas trop d'adeptes!

6 commentaires:

zigomat a dit…

C'est fou, la cause du suppositoire ressurgit dans des conversations anodines au moins une fois par an. Il me semble pourtant qu'il y a vraiment une confusion dans la manière d'introduire l'obut (car oui la forme est sans equivoque). Donc il me semble que dans ton blog tu dis qu'il faut introduire le médicament par le bout pointu alors que j'étais sûr de l'inverse !!! je vais vérifier

zigomat a dit…

donc c'est bien pointe en arrière selon mes recherches...pourquoi ne font'il pas des suppos avec deux pointes avant/arrière?
Sinon j'attends d'être malade très rapidement pour tenter le saut de l'ange.

Mr SuperOlive a dit…

Tu as parfaitement raison Zigomat, l'introduction doit se faire par la partie plate. J'ai corrigé l'erreur dans le post. Merci bcp! Mais attention, le saut de l'ange est réservé aux professionnels. Quand il est parfaitement réussi, il y a un risque élevé de dégommage de dents le missile remontant à la vitesse de l'éclair toute la tuyauterie interne pour être expulsé par la bouche...
à bientôt

Eric a dit…

15% d'erreur, c'est un truc de dingue !

Mr SuperOlive a dit…

Salut éric et bienvenue à toi!
Oui en effet, ca paraît énorme 15% d'erreur...gloups, un drôle de goût le médoc, un peu gras non?
à bientôt j'espère, je m'en vais découvrir ton univers.

Fanette a dit…

mdrrr, et tu te plantes sur le sens du suppo !! C'est pas la pointe en avant !mdrr