vendredi 9 novembre 2007

Un post sur La Poste

Pendant quelques uns des mes étés d'étudiant, j'ai bossé à la Poste comme facteur grâce au père d'une amie. Que me reste-t'il de cette expérience en jaune et bleu? Quelques souvenirs sympathiques que je m'en vais vous raconter.
Plantons le décors : il est 5 heures du mat' et le réveil sonne. La journée de travail commence à 6h. Pour un étudiant en été cette phase est délicate et relève souvent de l'exploit! Ceci dit, une fois les paupières ouvertes et les yeux en face des trous, les matins d'été sont magnifiques.

Mais place à l'action.

Réception en vrac du courrier que tu dois distribuer, classement méticuleux dans l'ordre de la tournée, le tout dans une ambiance du tonnerre! Incroyable ce que les types (il y a quelques femmes mais bien plus discrètes) pètent le feu alors que toi tu es encore dans les choux, ça gueule, ça déconne à plein tubes, c'est le royaume de la grande gueule, à qui aura le dernier mot ou sortira la blague ou la carte postale la plus salace. Les grosses têtes à côté c'est de la rigolade. Au point que c'en est parfois saoulant, on est d'accord?
Le calme arrive à mesure que les premiers habitués taillent la route. Au début tu t'en vas le dernier et tu sais que tu reviendras aussi après tout le monde.
On enchaîne, tu fourres ton courrier bien classé et bien ficelé dans plusieurs sacs et hop, en vélomoteur Huguette!

Ben oui, j'ai hérité d'une des "tournées mobylette", je me dis que ça va être cool le nez au vent sur mon deux roues. Bon, quand j'ai vu l'engin qu'on avait bien voulu me confier, mon visage enjoué s'est aussitôt assombri (comme le ciel ce jour là). On est à la Poste, entreprise publique, et mon engin n'a rien à voir avec le top de la technologie de l'époque. J'accuse le coup mais réceptionne tout de même l'engin. Je chevauche donc un splendide 103 jaune (pardi!), sacoches latérales à l'arrière et une sur le devant, pas de rétro, des freins inexistants ou presque. J'exagère, il y les bidules sur lesquels tu appuies et qui font croire qu'il y a des freins... mais même quand tu écrases les bidules, la meule elle s'arrête mais longtemps après. En forçant le trait, t'as presque le temps de tomber en panne d'essence! Je sais je suis long mais ce détail a son importance.

Episode 1 :

Un matin donc, je file plein gaz vers le début de ma tournée, il est 9h30, je passe un feu, vert, j'aperçois aussitôt une forme courbée traversant la rue devant moi au mépris du bonhomme rouge... Et ce qui devait arriver arriva. J'écrabouille les freins. Et là? Rien, nada, tel un supertanker lancé sur son erre, je file comme un bolide vers supermamie que j'essaye d'éviter tant bien que mal (en fait, ce sera mal). Une sorte d'attraction inéluctable aimante nos deux vies l'espace d'un instant, et paf c'est la collision! Je percute la forme humaine qui valdingue et je m'étale royalement dans un fracas métallique, sous le regard médusé des conducteurs alentours. Pour eux ça ne fait pas un pli, je roulais vite : "il n'a même pas freiné". Je suis un timbré estampillé la Poste.

Je vous rassure l'enveloppe corporelle de la brave dame n'a pas trop souffert. Elle s'en est tirée avec de petites contusions. Elle a quand même eu le droit aux pompiers et moi aux policiers, en quête d'un facteur aggravant. J'oblitère, pardon, j'obtempère... RAS alcoolémie négative (9h30 du mat je rappelle!). Je me suis senti tout penaud, d'avoir dégommé la mamie, mais franchement j'y pouvais pas grand chose : "Sans maîtrise, la puissance n'est rien"!


Episode 2 :

Je me souviens aussi d'un sérieux croquage de mollet par un sale collet hargneux qui m'a définitivement fâché avec Lassie. Je me rappelle la scène : moi sur ma pétrolette (toujours la même) m'apprêtant à glisser le courrier dans la boîte, le chien déboule aboyant furieusement. Je sais que je suis cuit, ce clebs est un dingo, il a les crocs, je le vois dans ses yeux, et ma bécane accélère à la vitesse d'une file d'attente... à la Poste! Je suis bien décidé à m'affranchir de cette menace à quatre pattes. Quitte ou double, je mets plein gaz. Et là ? Rien, nada, mon destrier jaune fume, pétarade mais ne bouge pas ou si peu. Le chien, lui, a pigé que son bifteck voulait se faire la malle et décide de n'en faire qu'une bouchée! Il ne lâche rien le salaud. Je gueule, j'ai mal, je me vois déjà aux urgences la jambe en lambeaux quand arrive la propriétaire alertée par le raffut. Elle arrête son chien et me dis : "Il n'aime pas les mobylettes". Merci, j'avais pas remarqué (connasse)!
Moralité et bilan de l'agression : Après qu'il tâte ton os, le clebs, direction l'hosto pour une piqûre anti-tétanos.
Au final, j'ai malgré tout bien aimé cette expérience qui, vous l'aurez constaté, n'a pas manqué de cachet... En effet, grâce à ces réveils aux aurores et une fois la tournée terminée, j'ai pu profiter des après midi ensoleillés les pieds dans l'eau!

PS : Privatisation à l'horizon, ils ont récemment investi dans du matériel un peu plus moderne. Vélos spécifiques, chariots ergonomiques, tenues modernisées, Kangoo rutilants, agence relookées, nouveau logo... C'est pas encore le top du top mais: " Y' a pas écrit La Poste là!"

22 commentaires:

balmeyer a dit…

Deux bonnes anecdotes ! Dégommeur de mamie, va !

Mais pourquoi les chiens detestent-ils autant les facteurs ?

J'ai bossé étudiant pour des entreprises de transports, j'aurais bien voulu comparer les ambiances entre Poste et les autres.

Mélina LOUPIA a dit…

comme quoi, certains clichés ont la vie dure, la bobylette, le chien, manque plus que la femme au foyer esseulée... ;)
Des bizettes

Mr SuperOlive a dit…

@ Balmeyer : une attraction parfaitement inexplicable (pour la mamie)!
Les chiens défendent leur territoire, non?
@ Zette : c'est vrai, pour ce qui est de le femme esseulée, je n'ai pas testé la version hot! Au contraire, certaines dames âgées n'ont même pas voulu me laisser entrer chez elles! Il faut dire que je ne disposais pas de l'accoutrement standard jaune et bleu ni de la fameuse casquette!
A plus et bon week end!

Marie a dit…

Bravo pour les mots que tu as employé ayant trait à la poste ! trop fortiche ! ;)

J'avais un colley dans l'temps et il aimait pas les mamies lui ...

Mr SuperOlive a dit…

@ Marie : merci, je me suis amusé!
imagine les dégâts de ton chien sur une mamie factrice!
à bientôt

Ronan a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ronan a dit…

Est ce que tu portais ton pantalon en jean écossais pour tes tournées? ça pourrait expliquer l'attirance du colley pour le tartan de ses terres d'origine.

L'avantage de travailler à la poste l'été, c'est que t'es le premier à la plage !

Mr SuperOlive a dit…

@ Ronan : ah mon petit saloupiot, elle est bien bonne celle là!
pour la plage c'est vrai mais en général j'étais aussi le premier couché le soir, j'ai dû louper quelques ""collé-serré"!
à plus l'ami

Katy- a dit…

Drôle de "Post" !!
Concernant les mob', je confirme y'en a encore qui circulent et pas de la toute première fraîcheur...
Sinon, concernant les "lassie", j'ai connu une "timbrée" des mecs à barbe, supportait pas ! (je te rassure, rien a voir avec le sujet du portrait marin) ;)

Tietie007 a dit…

Tu connais tous les numéros des départements ?

Mr SuperOlive a dit…

@ Kathy : Après tout ça, si mes enfants me réclament un chien, c'est sûr, je ne tomberais pas dans le piège du collet! Je ne me lassierais pas faire.
à plus et bon week end à toi

@ Tietie007 : hello toi et bienvenue! Pour les numéros des départements j'suis pas au top du tout à part les 29 et encore... Un simple facteur amateur avec une piètre mémoire!
à bientôt

CoustéMan a dit…

Ce qui est bien ,c'est qu'on en rigole à posteriori !
Post-scriptum : ..et peut-être même post-mortem !:)

Mr SuperOlive a dit…

@ Coustéman : pas mal, pas mal, t'as mis le paquet mon pote!
à plus

Katy- a dit…

@ coustéman >
Un oubli.. le post-it...
;)

Mr SuperOlive a dit…

@ Kathy : en effet, Coustéman serait-il fatigué pour oublier le post-it? Heureusement Kathy est en pleine forme, c'est l'effet post combustion!

Msiou a dit…

A défaut de danser quelques "collé-serré", on peut dire que le collet lui t'as bien serré! il t'a aguiché? (oui pour le jeu de mot j'ai du quand même accordé je sais bien qu'on dit 1 guichet^^)

CoustéMan a dit…

Bon, ceci est mon dernier post treillis-culteur sur le sujet!

( quelle perle ce calembour !)

Mr SuperOlive a dit…

@ Coustéman : pas mal du tout et trop travaillé le calembour pour être un coup de moule!

Mr SuperOlive a dit…

@ Msiou : j'ai failli t'oublier, très bon! J'aime bien le zouk mais en l'occurence le clebs était un peu "collet monté"!
à plus

Frenchmat a dit…

Mort de rire !

Rien ne vaut une bonne vieille 103, faut juste freiner avec les pieds (et les fesses) ;-)

balmeyer a dit…

La 103, c'est bien l'engin qui était avant la 104, ou ma mémoire me joue des tours ?

Mr SuperOlive a dit…

@ Frechmat : t'as raison mais sur le coup j'ai pas eu le temps de poser mais pieds par terre et quand mes fesses ont touché le sol, la mobylette était déjà encastrée (j'exagère) dans la mamie!
à bientôt et merci

@ Balmeyer : je crois bien que tu as raison, en tout cas il y avait le même moteur dans la 104 c'est sûr!
à plus