dimanche 30 novembre 2008

Soirée crêpes

Quand tu es breton, il y a toujours un moment où te prend une envie subite de manger des crêpes.
Quand tu es breton, malin et que tu as une famille nombreuse et qu'en plus c'est la crise (!), il est judicieux d'apprendre à faire les crêpes toi-même.
Pour nous c'était hier soir!
Attention qu'on se comprenne bien, quand je dis faire des crêpes, c'est les fabriquer de A à Z, pas juste les faire réchauffer dans une vulgaire poêle Tefal.

Etape numéro 1 : Emprunter un bilig. Rien à voir avec les chatouilles mes amis, c'est le nom breton donné à la plaque de fonte ronde sur laquelle on étale la pâte pour la faire cuire. Merci maman !
Etape numéro 2 : Dégotter une recette de pâte chez une des grands mères autochtone encore en vie et qui sera prête à transmettre un peu de son savoir faire "ancestral". Une recette pour la pâte blé noir (sarrasin) et une autre pour celle au froment. Merci la mère Denis ! (private joke)
Etape numéro 3 : Se familiariser avec le matériel du crêpier. La rozell (sorte de râteau d'extra terrestre sans dent pour étaler la pâte sur la bilig en décrivant un cercle), la spatule "truc much" pour retourner la crêpe et la louche de la bonne contenance. J'allais oublier la bouteille de cidre brut à consommer avec modération sous peine de tourista bretonne... Les spécialistes le savent : impossible d'abuser de la pomme sans récolter quelques pépins (oh oh oh!).

Après il faut se lancer...
La louche remplie de pâte dans une main tremblante, dans l'autre la rozell, le tout au dessus de la plaque qui chauffe les joues. C'est fou ce qu'on se sent maladroit avec tout ça dans les mains au début, comme l'impression d'avoir deux mains gauches.
Allez hop c'est parti ! Et voilà ce que le premier essai a donné!

Inutile de vous dire qu'on s'est bien marré, enfin au début. Les tentatives peu concluantes ayant en effet duré un certain temps, nous avons à un moment envisagé un repli stratégique au Mac Quick local ! Quand tes crêpes ressemblent plus à des pâtés gluants qu'à de délicates et fines dentelles, tu commences à douter des tes capacités de "crêpeman". Ensuite, alors que tu pensais avoir fait le plus dur en réussissant à étaler la pâte de manière à faire une jolie crêpe ronde (au début, tes crêpes forment des figures que même les experts en géométrie ignorent), c'est en la retournant avec la spatule (en te brûlant malgré tout les doigts) que la crêpe t'échappe se coupant en deux pour venir s'écraser et se coller sur la bilig en un amas peu ragoûtant. Et merde! Et oui le breton jure parfois comme un charretier.
Au final, comme le breton est têtu et qu'en plus il est gourmand, voici le résultat obtenu après avoir foiré quelques louchées !
Une couleur magnifique un goût délicieux et ce malgré une technique peu académique!

Nous nous sommes régalés et le père Noël devrait nous apporter une bilig Krampouz bien de chez nous !
A nous les soirées conviviales en famille et entre amis.
Dès que j'aurais affiné mon style, j'espère bien pouvoir faire déguster ces crêpes délicates à quelques-uns de mes amis des Côtes d'Armor ou d'Ille et Vilaine. Chez eux les crêpes sont plus épaisses et s'appellent des "galettes". Rien à voir avec leur fort penchant pour l'alcool et les déboires qui s'en suivent... mais un truc de bourrin tout de même!
Depuis le bout du monde ou presque, je colle une bise à tous mes amis bretons !

17 commentaires:

Damok a dit…

Bon. Il va falloir que je pense à descendre sur Kemper vous claquer la bise et vous gaufrer des crêpes !
Ça sent bon jusqu'ici.

Yann a dit…

Pour commencer : mort de rire par le récit. Ce que j'aime dans les soirées crêpes c'est le cidre. Maintenant je crois que la crêpe est sucrée avec une farine classique et la galette est à base de farine de blé noir. Enfin chez nous c'est comme ça. Mais dnas le Finistère c'est à part quand même un peu...non ?hiiii

Cleanettte a dit…

lol ce doit donc être mes origines normandes qui font que je ne fantasme pas du tout sur tes crèpes. Chez moi les meilleurs crèpes sont les plus épaisses. J'en fait régulièrement qui atteignent les 5 mm voir plus.

Kris a dit…

Le secret (paraît-il) c'est le temps de repos de la pâte...
Moi qui suis expatriée (non, le mot n'est pas trop fort)à Rennes, je peux dire qu'aucune galette ne peut rivaliser avec la crêpe finistérienne.
Question d'épaisseur mais aussi de goût...
Vive la krampouz!!!!!!!!
(belle plume encore une fois)

Danielito a dit…

Lol de rire :)

J'ai trop hate de venir gouter.

Katy- a dit…

Les enfants ont élaboré exactement le même scénario chez leur père samedi !! Bon ok, eux ils ont loués mémé avec ! ;) (bonne idée de business ça à l'école entre copains tiens ça changerait...) :)

Bravo pour la réussite quand même, j'avais les yeux qui ont triplés de volume quand à la photo du premier essai !!

christèle a dit…

Comment ça t'as pas de bilig chez toi, renégat !!;)
Bon c'est vrai que j'ai le coup de main (mais j'ai quelques saisons en crêperie derrière moi)
Chez moi aussi, la crêpe doit être fine, parfois même dentelle.

Mr SuperOlive a dit…

@ Damok : You're welcome my friend!

@ Yann : Même combat Yann! Je te paye une bolée de cidre du 29 quand tu passes.

@ Cleanette : Houla oui 5 mmm d'épaisseur c'est du costaud ma parole! Un vrai trampoline! Ca se digère bien ou il faut un entraînement spécial???!!! Je plaisante bien sûr!

@ Kris : Nous sommes d'accord même si, je l'avoue, j'ai aussi un petit faible pour une bonne galette saucisse aux Lices!

@ Danielito : Tu sais bien que tu seras un des premiers mon beauf! bises

@ Katy : Tu sais qu'on a eu vraiment peur de ne pas y arriver! La honte

@ Christèle : Il n'est jamais trop tard pour bien faire, n'est ce pas?

Merci de vos petits mots et à bientôt j'espère

Aude a dit…

Super et bravo, j'adore les galettes mais je les achète au marché..à des petits bretons of course !
Je suis pas sure de les réusir aussi bien...mais c'est vrai que c'est rapide et super bon en famille !

DdM a dit…

Peu de temps après mon installation en Bretagne, on m'a offert une bilig (un cadeau intéressé de mon frère qui devait espérer quelques heureuses retombées... dans son assiette). A l'époque, je n'étais pas encore assez imprégnée de l'esprit breton, et j'ai donc jeté la rozell avant même l'éponge. Mais de savoir qu'on peut y arriver, même en ayant copieusement raté les premières louchées, ça me donne envie d'aller rechercher ma bilig coincée au fond d'un placard depuis 5 ans (d'autant qu'entre temps, j'ai été élue experte des crêpes - à la poêle, certes - et fait quelques tentatives (concluantes) de galettes (bah oui, c'est l'Ille-et-Vilaine ici !), et surtout pris des cours pour être plus têtue qu'une Bretonne pure souche !, alors...).

Allez zou, je m'y mets !

(Merci de m'avoir donné envie, en tout cas !)

Mr SuperOlive a dit…

@ Aude : si tu as le matériel et que tu es persévérante, tu feras de bonnes crêpes, à moins que ta future nounou en plus de toutes les qualités qu'elle aura, sache en plus faire des crêpes!

@ DdM : Ah, je suis bien content de t'avoir donné envie de faire des crêpes! Tiens moi au courant du résultat et bon appétit!

gicerilla a dit…

Comment ne pas sourire devant la tentative. Comment ne pas s'esclaffer à voir les premiers résultats. Mais il est vrai que le Breton est pugnace et a la tête dure comme le granit, il ne faut pas le provoquer. Finalement, étaient-elles vraiment bonnes et au blé noir ?

Mr SuperOlive a dit…

@ Gicerilla : Hello! Il est vrai que le breton est têtu et qu'il tient à ses racines, n'est ce pas? Nous nous sommes régalés malgré une réalisation perfectible, mais le plaisir du "fait maison" rajoute à la satisfaction!
à bientôt chère expatriée!

FrankG a dit…

Moi, je veux gouter ! :)

Mr SuperOlive a dit…

@ FrankG : Tiens voilà une complète! Bon appétit et à bientôt!

france a dit…

Merci bien entendu les crepes oui j'adore

Mr SuperOlive a dit…

@ France : Y a-t-il de bonnes crêperies par chez toi??