mardi 17 juin 2014

Le Défi Breton 2014


Bon ce Défi Breton 2014 première édition c'était quand même quelque chose!
L'idée est lancée 9 mois plus tôt autour d'un mojito par Delphine Jory aka Ladyblogue et Marc Delalleau responsable communication de la Maison du Patrimoine de Quimper.
Delphine, les quimpérois la connaisse parce qu'elle fait mille choses qu'elle nous raconte de sa belle plume sur son blog, dans ses chroniques pour Ouest France, son Facebook, son Twitter, et j'en passe... La miss est connectée, branchée sur je ne sais quelle énergie intérieure qu'elle maîtrise avec délicatesse et qui la fait avancer à la vitesse de l'éclair! Je ne connaissais pas Marc ni son équipe de choc et j'ai été surpris par leur jeunesse. Ben oui je sais j'ai parfois des a priori de vieux schnock mais quand on parle patrimoine, ça peut vite sentir la naphtaline. Rien à voir à Quimper city où ça bouge, ça partage et ça communique!
Rien d'étonnant donc à ce que la rencontre entre toutes ces énergies donne naissance à un événement ultra chouette, le Défi Breton. 
Un mélange de sport, de culture, de goûts, d'énigmes, de débrouillardise, de mémoire, un peu de chance aussi, le tout agrémenté de soleil, de sourires, de bon esprit, d'un soupçon de benêts rouges le tout sous le regard amusé des quimpérois invités à aider les concurrents pour les épreuves qui se déroulent au centre ville.
Dix binômes ont été sélectionnés. Je fais équipe avec Laurent, un mec top rencontré à l'école des enfants (il en a 3 et moi aussi, ça créé des liens!). Nous sommes ravis d'avoir été sélectionnés, et dès les photos de présentation on se marre bien. Notre binôme s'appellera : Les two be two good!
Première soirée rencontre très sympa avec les organisateurs et les autres équipes. On mesure l'ampleur du travail réalisé pour monter le projet, on fait des photos de groupe, des vidéos en binôme, on mange des plats faits par chacun et au final on se quitte sans trop savoir à quelle sauce on va être mangé, suspense...
Nos familles nous supportent les amis aussi, on bosse un peu l'histoire de la ville, le nom des rues, les jardins, les musées,  les spécialités, les personnages connus, les anecdotes, et on fait un peu de sport histoire de ne pas passer pour des gugusses!
Le jour J arrive... on est motivé comme rarement (!!)
Et c'est parti pour la première épreuve qui consiste pour chaque binôme à réunir le plus de quimpérois sur la place Saint Corentin, le tout en 20 minutes chrono. Et nous voici dès 9 h à courir le centre ville pour rameuter le maximum de monde! Pas facile, il faut passer en mode compète, et aller au delà de ses inhibitions. Je suis à fond, mon binôme aussi. On se sépare pour être plus efficace, on vend le truc aux passants pour la plupart amusés. Ils sont plutôt réceptifs mais ce n'est pas de la tarte quand même. Il faut expliquer vite et surtout convaincre. Bon moi j'étais tellement au taquet qu'en voulant en faire trop j'ai dépassé le chrono et suis arrivé en retard... Heureusement Laurent assure l'affaire pour nous! OUF
Passage au second défi, éliminatoire celui-ci. Chaque équipe reçoit une enveloppe dans laquelle se trouve une grille de mots croisés qui une fois remplie donne un lieu de rendez-vous! Hop hop hop les idées fusent, on trouve vite une réponse mais on décide de vérifier notre idée avant de foncer en direction de la tour Névet. On est les 3 ou 4 èmes, pas mal pour un début! On discute avec les autres mais on se rend compte qu'une nouvelle enveloppe nous attend dans la tour. Une énigme! Il faut filer à Locmaria à la maison Fouillen. On commence la trajet en mode running mais arrivé sur les quais on décide d'attraper une voiture! Une gentille mère de famille nous embarque pour nous emmener à bon port. Merci à elle! Une autre énigme nous attend dans le jardin de l'évêché. Pif paf pouf (et oui ça cogite à peu près à cette vitesse là!) il faut repartir au centre ville vers le Musée des Beaux Arts en quête d'une copie de la statue du Roi Gradlon. On se la refait Pékin express avec l'aide d'un gars super agréable qui en plus tient un restau sympa à Quimper, le Prieuré. On crève de chaud si bien qu'à la fin du parcours sa voiture est tellement embuée que le gars s'est payé ne petite séance de hammam gratos!! Avec ça on est en tête mon Lolo! Et hop une nouvelle énigme dont on pense qu'elle nous envoie à l'ancien couvent des Ursulines où se trouve aujourd'hui la Médiathèque. On court en mode pleine balle, et notre sympathique accompagnateur "anti gruge"  prénommé Edern, commence à s'éloigner dans le rétroviseur. On approche du but, on traverse la rue sur les passages piétons quand au loin, on entend notre Edern beugler comme un veau! Claquage, cheville en vrac, coup de soleil fulgurant ??? Non rien de tout cela Dieu merci, nous finissons par comprendre qu'emportés par notre élan, nous avons traversé la route alors que le "bonhomme" était rouge, ce que le règlement interdit formellement et pénalise de 2 minutes de stand by! Nos gentilles tentatives de négociation échouent lamentablement car Edern ne mange pas de ce pain là! Il est intransigeant ce qui n'est pas étonnant car, nous l'apprendrons plus tard, il fait un peu de politique. Et puis les 2 minutes lui permettent de reprendre son souffle! Et c'est reparti direction la Médiathèque où nous tournons à la recherche d'un indice mais rien, nada, que dalle, peau de zob!! Du coup comme la Média tique, on médite, on check pour choisir un immédiat changement de tactèque (je sais y'a un hic mais c'est juste pour la rime mec!). Demi tour vers les Halles, où l'on fini par trouver l'indice final. On doit être 5èmes. Donc en résumant, le tarif pour une boulette c'est 4 places de perdues. Le niveau est relevé ma parole!
Les deux dernières équipes sont éliminées et franchement ça nous fait tous de la peine de voir partir les "Petra Zo" et les "Celtic Warriors".
Pour la troisième épreuve, chaque binôme rescapé a deux heures pour apprendre par cœur un poème de Max Jacob qu'il devra réciter dans la cour du restaurant "Chez Max" ancienne demeure du célèbre écrivain. Ma mémoire n'est pas ce que j'ai de plus fiable et la perspective de cette restitution, qui plus est devant pas mal de monde (et surtout mes enfants!), ne me convient pas vraiment. Je suis un peu fébrile et pour un peu on pourrait dire que je flippe ...un max, ou que je ne suis pas ravi ... Jacob (je sais celle là elle est très nulle!)! Mon Lolo assure la première partie du "Bateau chargé de blé" comme un chef et j'enchaîne correctement avec un bon petit blanc avant le dernier verre vers. OUF, place aux autres!
Dans l'ensemble ça se passe plutôt bien certains allant même jusqu'à jouer leur texte de façon théâtrale. Chapeau! 
Nous devons voter pour éliminer un binôme et le choix se porte sur celui qui avait été le moins bon. Dur à digérer pour le duo "L'un et l'autre" qui quitte le navire chargé d'émotions
Quatrième épreuve : Les équipes sont mélangées et je me trouve séparé de Laurent pour jouer avec la jeune Perrine avec qui on part plein pot! Il nous faut retrouver une petite statue qui orne une vieille maison quimpéroise et se faire prendre en photo devant elle en compagnie de trois autres personnes. C'est parti pour un tour dans la vieille ville les yeux en l'air. On trouve assez vite la statue sur la facade d'une maison rue René Madec. Retour au camp de base où 4 ou 5 équipes sont déjà présentes mais pas celle de mon coéquipier! Je comprends que son indice est particulièrement difficile (une sorte de visage sculpté dans une pierre de granit qui fait l'angle d'une vieille maison) et je pars l'aider. On galope comme des dingues dans les ruelles escarpées du vieux Quimper vers la place Mesgloaguen mais sans succès!
Fin de l'aventure pour nous et les "Bel'Droches", c'est moche, et grosse grosse frustration...
Mais je jeu continue et alors que la cinquième épreuve commence (la même que celle d'avant mais en mixant les indices et en reconstituant les vrais binômes), Laurent dépité retourne dans les rues de Quimper à la recherche de son indice qui restera introuvable!
L'épreuve suivante, la sixième, se passe au Comptoir à Tapas dans les Halles où les équipes restantes participent à une superbe épreuve culinaire. Je trépigne, je déguste des pupilles les plats originaux concocté par Xavier HAMON. Il faut en goûtant des plats, parfois à l'aveugle, reconnaître le nom ou le nombre d'ingrédients qui la composent. Pas facile du tout mais que ça avait l'air bon! Les papilles de "Maud et Céline" flanchent tout comme celles des "Finistos Déglingos".
A l'issue de cette épreuve c'est la finale où vont s'affronter les trois dernières et valeureuses équipes, les "Bricomax", les "Krampouc'h" et les "Arthuriens".
Comme certains accompagnateurs sont un peu cramés, Laurent et moi nous accompagnons les "Krampouc'h", un sympathique couple de néo-quimpérois qui sont les favoris tellement ils semblent connaître Quimper sur le bout des doigts. Ils partent au taquet et en moins de temps qu'il en faut pour faire une complète miroir, ils trouvent les trois premiers indices et se ruent à Locmaria pour un petit tour en barque où, à l'aide d'une seule rame, ils doivent récupérer des fléchettes lors d'un petit parcours sur l'Odet et alors que le vent souffle! Ils survolent l'épreuve mais héritent d'une pénalité de temps pour s'être trompés sur l'un des indices précédents... Les poursuivants sont désormais tout proches avant d'entamer la montée du Frugy et un parcours au pas de course au cours duquel il faut récupérer une sarbacane. Ils sont rejoints et doublés par les "Arthuriens" juste avant d'arriver à la Maison du Patrimoine où se déroule une apparemment tranquille épreuve d'éclatage de ballons de baudruche au tir à la sarbacane... Épreuve insupportable pour les nerfs et qui sera d'ailleurs fatale à nos "Krampouc'h" victimes d'une "Francis Cabrel" comme on dit dans le jargon! Les "Arthuriens" eux, ont le compas dans l'oeil et, en véritables Mimi Siku, ils sortent en tête pour nous offrir une version étonnante des "Arthuriens dans la ville"! C'est en effet eux qui remportent la finale à l'issue d'un ultime parcours dans les rues du vieux Quimper, devançant les "Bricomax" revenus de nulle part grâce à un mental d'acier! Terrible!!
Au final, j'ai adoré l'idée que ce ne soit pas forcément les plus sportifs qui gagnent, le fait de faire des trucs originaux et variés qui te font réfléchir un peu et sortir de ta coquille, d'aller au devant des gens afin qu'ils t'aident (avec le sourire c'est mieux), rencontrer les autres équipes avec une super mentalité, apprendre des choses sur la ville que tu habites depuis si longtemps mais que tu connais si mal!
Pour tout dire, je crois bien que ce jeu m'a rappelé un des mes meilleurs souvenir d'enfance lorsque pour mes dix ans (ça remonte!), mes parents m'avaient organisé un merveilleux anniversaire en mode jeu de piste avec tous mes amis! 
Voilà j'ai joué comme un gosse avec une espèce de légèreté qui fait un bien fou...
Alors merci à tous ceux qui ont pensé, organisé, accompagné, filmé, photographié, supporté et participé de près ou de loin à cette magnifique journée!
Et à l'année prochaine!!!

5 commentaires:

Patricia RIOU a dit…

Salut Olive,

Cette prose, cette façon de raconter..., tu peux remplacer Jean-Marie CLEZIO, rien que celà.

Nous avons été très touchées par ta sollicitude lors de notre élimination.

Grâce à ton article, nous avons eu l'impression d'y être à nouveau, au DEFI BRETON, magnifiquement organisé.

Mr SuperOlive a dit…

@ Patricia : merci beaucoup de me lire et franchement j'ai eu les boules de vous voir partir si vite... et je n'étais pas le seul! la bise à très bientôt!

Mathieu DEROUCH a dit…

J'ai déjà fait un commentaire sur fb mais encore bravo pour ce magistral coup de plume qui nous ramène presque une semaine en arrière... déjà...

Laurent LE RUDULIER a dit…

A te lire, j'y étais encore et ça faisait du bien ...pas trop quand même ! Quelle belle aventure ce défi breton rondement raconté mon cher Olive :-) Merci encore de m'avoir embarqué dans cette bonne galère parfaitement orchestrée par nos GO...et merci à tous pour ce surprenant Samedi 14 Juin.

Mr SuperOlive a dit…

@ Mathieu : merci encore c'est très sympa! et oui le temps passe mais le souvenir de cette journée restera longtemps gravé dans ma mauvaise mémoire, du coup j'ai écrit pour ne pas oublier! à bientôt et bise à Emilie!

@ Laurent : j'ai adoré faire équipe avec toi mon cher! Bon là, c'était un rodage, prochaine fois ça va passer!!